La terre des Vialhe (1998)

samedi 22 août 2009
par  Christelle Michelet
popularité : 100%

L’action de La Terre des Vialhe se situe en 1987 et 1988 : voilà donc près d’un siècle que nous les accompagnons, ces Vialhe ! Mathilde, la femme de Pierre-Édouard, est toujours là, avec ses quatre-vingt-sept ans, toujours attentive à ceux - ses enfants, ses petits-enfants, ses arrière-petits-enfants - qui ont donné un sens à sa vie d’amour, de travail et de rigueur. Jacques, son fils aîné, a longtemps maintenu à bout de bras le village (il en fut le maire et a su y créer des activités nouvelles) et la terre des Vialhe. Mais il s’est usé à la tâche et aujourd’hui, à soixante-sept ans, son cœur faiblit. Si sa propriété, la plus belle de Saint-Libéral, prospère encore, c’est grâce aux conseils de son fils Dominique, ingénieur agronome : les bêtes sélectionnées qu’il élève lui ont valu les plus hautes distinctions - jusqu’au Salon de l’agriculture de Paris ! Mais Dominique a quitté la France : en Nouvelle- Calédonie, sur les 3 000 hectares de la "station" de Cagou Creeck, il est désormais à la tête d’un troupeau de 1 500 têtes - inimaginable pour un paysan corrézien ! Et déjà son jeune cousin Jean, pour l’heure attaché au cabinet du ministre de l’Agriculture mais qui n’a jamais rêvé que d’élevage, envisage de le rejoindre, là-bas, dans cette Nouvelle-Calédonie en effervescence (c’est le temps de l’affaire d’Ouvéa). Et qui dit que l’un ou l’autre de ses entreprenants jeunes gens, si profondément attachés au terroir originel, ne viendra pas, un jour, relever le flambeau vacillant des Vialhe à Saint-Libéral ?

Ainsi se poursuit dans La Terre des Vialhe la chronique d’une famille que rien ne peut entamer. Car ils sont tous là, les anciens et les jeunes : Mathilde, l’ancêtre, et les vieilles tantes et l’indomptable Félix, qui accourt de ses forêts de la Brenne dès que quelque chose cloche à Saint-Libéral ; et la nouvelle génération : Dominique, Jean et les belles et intelligentes jeunes femmes qui les soutiennent dans l’aventure nouvelle qu’ils mènent avec passion. Rien n’est perdu - malgré les menaces qui viennent de l’Europe technocratique comme de l’Amérique hégémonique -, rien n’est perdu pour la vieille terre de France et les hommes qui la font vivre, tant qu’il y aura des Vialhe, à Saint-Libéral et partout.

- Paru le 01 octobre 1998 aux Editions Robert Laffont
- Nombre de pages : 342 pages
- ISBN : 2-221-08819-0


Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 7 mai 2017

Publication

146 Articles
Aucun album photo
8 Brèves
5 Sites Web
2 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
30 hier
113693 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés